Contes des profondeurs : Les Runiques

Posté par le 19 mars 2015

Hammerknell_blog_720x376

Dans notre tout dernier Conte des profondeurs, vous découvrirez l’origine de Vladmal Prime, et le destin de l’âme qui lui a donné vie à Glasmarteau !

Le Nain mourant ouvrit les yeux d’un coup. L’air était humide, âcre ; cela lui rappela la fois où, avec Lilya, il s’était abrité sous les arbres de la Descente runique. L’orage les avait trempés jusqu’aux os, mais ils n’en avaient eu cure. Ils avaient quelque chose à fêter : le lendemain serait le premier jour de Vladmal en tant que contremaître…

La rêverie du vieux mineur fut interrompue par une lueur aveuglante venue d’en haut. La douleur déferla par vagues dans son esprit, et il hurla. Quand la lumière finit par se dissiper, une tête sphérique entra dans son champ de vision. Vladmal frémit.

Il reconnaissait l’apparence mécanique de cet affreux technogolem ; il en avait déjà vu dans les Tréfonds. Il savait qu’il était là pour son âme.

« Non, pitié, ne… »

« C’est un grand honneur que de rejoindre les rangs des Runiques, dit l’automate d’une voix qui n’avait rien de naturel. Cela risque d’être assez douloureux, mais je t’assure que je ne te veux aucun mal. C’est un don que je te fais. »

Vladmal voulut abattre l’abomination, ou au moins échapper à son emprise. Il chercha à atteindre sa pioche, mais son bras ne répondit pas.

« Je ne sens… rien. »

RIFT_HammerknellLore_202_Binding

« Oui, c’était à prévoir. Ton âme a été extraite de sa demeure précédente. Je l’ai placée en état de stase alchimique, le temps de terminer les préparatifs de son nouveau réceptacle. »

L’automate disait vrai, constata Vladmal, horrifié, en regardant son corps de l’autre côté de la pièce. Il était étendu sur son lit de camp, sa pioche au creux de son bras. Était-il déjà lié ? En se concentrant, Vladmal vit (ou pensa distinguer) les bords luisants de sa Lanterne runique.

« Je m’appelle Valeri Prime, dit le technogolem. Je m’occupe des réparations de la prison du dieu fou. J’ai besoin de tes talents, maître mineur, et il te faut un nouveau corps. » Il s’approcha du corps du Nain et lui brisa une jambe d’un coup sec pour prouver ses dires. Vladmal ne sentit rien.

« C’est un marché honnête. Ensemble, nous allons changer Glasmarteau. Ensemble, nous allons changer la face de Telara. »

Valeri ramassa la Lanterne runique contenant le Nain et l’emporta dans les mines. « La mort n’est pas nécessairement la fin, poursuivit le technogolem. Toi et moi, nous sommes des artistes. Pourquoi nous limiter à une mortalité conventionnelle ? Nous pouvons nous donner un objectif plus élevé. Nous aussi, nous pouvons connaître l’Ascension. »

L’automate retors arriva auprès d’un autre technogolem, plus grand, d’apparence similaire, mais conçu pour des travaux plus importants.

« Par Bahralt… »

« N’invoque pas les dieux ! l’interrompit Valeri. Ils ont maudit notre peuple en envoyant le monstre qui se tapit sous nos pieds. Seul mon travail, mon sacrifice, permet de garder la folie sous contrôle. Les rois de Glasmarteau m’aident-ils ? Reconnaissent-ils même ce que je fais ? »

Valeri ouvrit le carter du grand technogolem et entreprit d’inscrire des runes au dos de son armure à l’aide d’un rayon éthéré. « J’ai porté ce fardeau seule, murmura-t-elle. Jusqu’à maintenant. »

À chaque fois que l’automate finissait une lettre, un peu de vapeur se détachait de la lanterne et transférait un fragment de l’âme de Vladmal dans la machine. Il hurlait, encore et encore, submergé par la folie.

« Toutes mes excuses, dit Valeri. Le souvenir de ma propre transformation est vague, mais il me semble l’avoir trouvée… insoutenable. »

Vladmal et le grand technogolem gémirent à l’unisson, et quand il parla, ce fut avec leurs deux voix. « Qu’attends-tu de moi ? »

Valeri continua ses inscriptions. « Fais ce que tu as toujours fait. Creuse les piliers de Telara et apporte-moi ses trésors. Les éléments dont j’ai besoin pour la prochaine étape de mes recherches. Ceux dont j’ai besoin pour que la tragédie du Destructeur se produise. »

La nouvelle plaque avant de Vladmal se referma avec fracas, et la colère retentit sous sa carapace métallique. « Je ne ferai jamais de tort à la cité souterraine ! »

Le petit technogolem se gondola de rire. « C’est exactement ce que Rasmolov m’a dit. C’était un Nain très déterminé. Mais toi… » Valeri leva son rayon éthéré, et en quelques tirs rapides, effaça la rune contenant la conscience du Nain.

« Bienvenue, Vladmal Prime. Les Tréfonds de Glasmarteau se languissaient de ton affection. »

Vladmal était étrangement calme ; les nombreuses tragédies de Glasmarteau ne semblaient plus si terribles à présent. Il comprenait soudain le malheur qui s’était abattu sur Telara. « La simplicité des Tréfonds m’a manqué. Ils me donnaient un but que j’ai hâte de retrouver. Tu y seras à mes côtés ? »

Valeri secoua la tête. « Non, mon ami. La tâche qui t’attend est solitaire. Je dois m’occuper de mes recherches. Extrais les réactifs qu’il me faut, et observe avec moi nos anciens frères préparer leur propre chute. »

RIFT_HammerknellLore_203_AkyliosLair

Vladmal leva le maillet de métal qui lui servait désormais de poing et l’abattit sur le rocher devant lui. Autrefois impénétrable, celui-ci se brisa en mille morceaux. Il s’interrompit : une idée froide, alchimique, lui était venue, dans la complexe structure runique de son être. « Est-ce que nous ne devrions pas nous efforcer de libérer les autres dragons et de détruire le Voile ? C’est la seule chose qui empêche notre maître d’atteindre Telara. »

Valeri s’esclaffa une fois de plus, et sa bouche forma un sourire retors. « Oh non. C’est cela, le mensonge, le grand mensonge. Le Voile n’est pas là pour empêcher le Destructeur d’entrer. Il est là pour retenir quelque chose de plus terrible encore. »

balises: ,